logo

 

 

Du Saint-Laurent à la Somme

 

Un ébéniste local accueille depuis un mois une jeune stagiaire québécoise. Une expérience professionnelle concluante qui est aussi un échange culturel enrichissant pour Jean-Luc GODARD.

Isabelle Morin

J'ai écrit "ébenisterie française" sur internet. Parmi toutes les réponses proposées, j'ai fini par choisir l'entreprise de Jean-Luc." Isabelle Morin, 21 ans, se passionne pour le travail du bois. Chez elle, à Québec, elle l'étudie depuis deux ans, tout en suivant des cours d'arts plastiques à l'université, l'équivalent des Beaux-Arts francais.

Au mois de mars dernier, la jeune femme décide de venir en France pour mieux comprendre et imiter le savoir-faire de nos artisans. "J' avais déjà étudié les meubles français dans mon école. Ce patrimoine est important pour nous. C'est tout de même des souches de notre peuple."

Après un échange de messages, les Ets Godard accepte de l'accueillir. "Nous avons reçu quelques photos de son travail, qui nous ont rapidement conquis" précise son dirigeant.

Encore fallait-il régler les nombreuses formalités administratives qui permettraient à la jeune Canadienne de travailler sur notre sol. Les derniers obstacles sont levés à l'avant-veille seulement de l'arrivée. Isabelle peut donc consacrer ses vacances universitaires à la découverte de l'ébénisterie picarde. Les premiers jours sont difficiles. De nombreux outils m'étaient inconnue, il y avait aussi le décalage horaire... " Mais rapidement, la Québecoise se fond dans son nouvel environnement. Il lui a suffit moins d'un mois pour réaliser une traite de Vignacourt,ornée de la Rose de Picardie. Un meuble de tradition picarde, pourvu de maints détails minuitieux. Preuve de la qualité du travail, il doit bientôt être livré à un acheteur.

Pour Jean-luc Godard, l'expérience est également une source d'enrichissement : " Le savoir-faire d'Isabelle nous permet de réfléchir à notre propre façon de travailler." Tout en regrettant le mode de formation actuel des jeunes ébénistes français.

"Tout est proche, à portée de main, ici"

Au-delà du travail, le séjour constitue bien sûr une occasion de découvrir notre région. "Ici, le rythme de vie est totalement différent. J'ai par exemple l'impression de manger tout le temps ! Mais l'endroit est acceuillant et coquet."

Habitante de la ville de Québec, Isabelle est également étonnée par notre façon de concevoir la campagne : "tout est proche, à portée de main ici".

Isabelle Morin sera de retour dans son pays natal le 1er août, quelques jours avant sa rentrée universitaire. Riche d'une expérience picarde de dix semaines, elle devra bientôt choisir entre ses deux vocations : enseigner les arts plastiques ou se consacrer à l'ébénisterie. Elle peut toutefois déjà compter sur un premier client à Chicago. Ce dernier a en effet marqué de l'intérêt pour les meubles régionaux, mais ne peut les importer depuis l'Europe.

C. D. - Le Courrier Picard- Lundi 14 juillet